ActualitésEn UneSénat

Le rapport sur le « pacte entre les générations » avance…

Le 7 juin dernier, au Sénat, j’ai eu le plaisir de co-animer une table-ronde avec Mesdames Fabienne KELLER et Nadia SOLLOGOUB sur le pacte (ou la guerre!) entre les générations. Ce travail s’inscrit dans le cadre de la Délégation à la prospective du Sénat présidée par Roger KAROUTCHI et qui permet d’avoir une approche moins dictée par le court-terme, mais pas moins actuelle. L’idée est d’éclairer une question durablement inscrite dans le débat public et d’esquisser quelques possibles à l’aide de spécialistes (démographes, économistes, juristes, sociologues, ingénieurs …) et acteurs de la société civile (associations, entreprises, think tanks).

Pourquoi avoir choisi ce sujet des générations ? Il m’a semblé intéressant de faire le point sur un sujet dont on parle, sur lequel on lit beaucoup (qui n’a pas lu un article sur la « rente » des baby boomers ou sur les nouveaux modes de vie des « millenials ») et qui pose des questions très concrètes en matière de financement de la protection sociale, de dynamique des inégalités économiques et territoriales, de comportements politiques … C’est d’autant plus important dans un contexte où l’allongement de la durée de vie, et la question de la perte d’autonomie des anciens, va crescendo. Ces questions ne sont pas très nouvelles, car comme l’a souligné une intervenante, Platon en son temps avait déjà analysé les relations tumultueuses entre générations …

Cette matinée de débats s’est articulée autour de trois thématiques qui ont éclairé cette question du pacte entre générations : la vie politique, la transmission du patrimoine et le monde du travail.

Sur la politique, les chiffres d’abstention des jeunes sont élevés et font – parfois -froid dans le dos. C’est le cas pour des élections nationales mais aussi locales. Il y a une défiance des jeunes pour notre système politique et pour la pratique du vote. C’est un enjeu démocratique que de bien décrypter ce silence électoral des jeunes. D’autant plus qu’il ne se confond pas avec un silence de l’engagement, une représentante de l’association Unis-Cités – qui recrute, forme et affecte des milliers de jeunes en service civique chaque année nous a fait part de son optimisme quant aux ressorts citoyens de nos jeunes. Dans le contexte des élections municipales, notamment dans nos grandes villes, il me semble vital de proposer de nouveaux modes d’expression citoyenne – notamment des jeunes – dans nos villes.

Sur la transmission du patrimoine, les chiffres avancés par France Stratégie (organisme de réflexion rattaché au Premier Ministre) sont éloquents. La génération des baby boomers a réussi – en moyenne – à constituer un patrimoine – immobilier principalement – beaucoup plus important que les générations suivantes – notamment les millenials. C’est d’autant plus un jeu qu’avec l’allongement de la vie – nous allons hériter de plus en plus tard – 42 ans en 1990, un peu moins de 50 ans en 2010 et aux alentours de 60 ans en 2035. Ce fut également l’occasion d’entendre les professionnels – notamment la Chambre des notaires de Paris – qui a appelé à développer la pratique de la donation.

S’agissant du marché du travail, l’expérience de transformation de l’organisation du Groupe La Poste – mais également le secteur du numérique (où l’on est un « senior » dès 40 ans!) sont des exemples qui démontrent qu’il est possible et souhaitable de faire travailler les générations entre elles. Le numérique est à mon sens un formidable levier pour faire vivre ce pacte des générations au quotidien – dans les entreprises comme dans les administrations. La pyramide des âges bouscule – et c’est tant mieux – les hiérarchies au travail.

Nos travaux se poursuivent – avec de nouvelles auditions – et prendront fin dans les derniers jours de septembre pour proposer un rapport assorti de recommandations. Toute proposition d’audition dans le cadre ce rapport « générations » est vraiment la bienvenue – vous pouvez m’adresser un mot à j.bargeton@senat.fr.

Voir plus

Articles associés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close